1943-2017

Dehors il fait beau des milliers d’oiseaux s’envolent sans effort. 

Je suis dans le noir et j’ai du mal à croire… 

Et puis je sais tous ces regards sur vous 

Et puis je sais tous ces mots qu’on ne dit pas

Et puis je sais  tout ce que vous auriez pu faire à défaut de vous taire

Quand vous approchiez l’enfer…. 

A force de briser dans vos mains des guitares…

Vous n’étiez probablement qu’un fou… 

Il a suffit d’un rien. D’un geste. il a suffit d’une étincelle. 

On vous a donné l’obscurité puis la lumière, la faim, le froid puis un festin, 

On vous a enlevé ce qui était vain et secondaire… 

Vous avez refusé de mourir d’amour enchainé. 

Et vous nous laissez là, avec nos pleurs qu’on garde sur le coeur, 

Des souvenirs éblouissants et des visions de néant.

On y a cru, comme à la terre, comme au soleil,  comme un enfant, comme on peut croire au ciel. 

Et puis… le vide dans notre tête et le vide dans notre cœur… 

C’est un chanteur abandonné

Qui a vécu sans se retourner

Sûr que le blues est inventé

Pour lui, cette nuit.

Rien ne sera jamais plus pareil.

A certaines heures de la nuit

Quand le cœur de la ville s’est endormi

Il flotte un sentiment comme une envie

Ce rêve en nous, avec vos  mots à vous. 

Vous nous aviez promis la vie de vos rires à vos larmes. 

Arrêtez le temps et les heures, je vous en supplie, à l’infini… 

Battre le sang dans nos veines 

Monter le son des guitares 

Le bruit des motos qui démarrent. 

Y’a tant d’hommes que vous n’êtes plus, 

y  a tant de phrases qu’on dit que vous ne direz plus. 

Dites au curé, dites au pasteur qu’ailleurs ils aillent se faire pendre

Le diable est passé de bonne heure et votre âme n’est plus à vendre

Est ce que votre mère pourra jamais vous pardonner de l’avoir trop fait pleurer… 

Je sais que vous n’avez rien dit c’est votre oeil que je prends au mot

Souvent un seul regard suffit pour vous planter mieux qu’un couteau.

Quand le ciel dans vos yeux d’un seul coup n’est plus pur…

A cause de vous je ne suis plus la même… 

Par votre faute j’ai changé aussi… 

Plus jamais des adieux rien que des au revoir… 

Une chose est sure c’est que j’oublierai pas votre nom 

D’aucune façon. 

Et cette certitude me fait plus mal encore

J’aime cette blessure c’est vous encore. 

C’est la clé des secrets de mon âme

La vie de mes rires à mes larmes

Le feu à la place des armes

Et jamais des adieux, rien que des au revoir.

 

Retiens la nuit. 

Je te promets d’être heureuse si tu n’as plus d’espoir. 

Que je t’aime. Que je t’aime. Que je t’aime. 

IMG_1321

Monsieur

img_1272.jpgCe matin c’est Patrick Cohen qui m’a annoncé votre mort. Bien sûr à 92 ans, elle était plus probable que celle de pas mal d’autres … Mais quand même, ça m’a fait quelque chose. Vous étiez l’incarnation de l’esprit. Des mots d’esprit. Je me demande qui, qui disséminera dorénavant ces petites piques avec classe à propos de nos politiciens. De notre déplorable actualité. Qui posera désormais ce regard si bleu et si clair, mais si critique et bienveillant sur notre société et ses excès. Qui sera maintenant le respectable garde-fou de notre asile. Qui  commentera tout ce cirque avec humour, malice et respectabilité… Ce n’est plus Toi. Toi tu vas simplement regarder tout ça d’un peu plus haut, d’un peu plus loin. Sûrement rigoleras-tu avec cet autre grand Jean, qui t’a devancé de quelques semaines. Ensemble vous ferez probablement marrer Simone, et Jeanne passera par là… ça fumera des clopes et boira du bon vin, en se disant « tout ça pour ça ». Finalement vous êtes mieux là haut tu sais…  Apparemment dans pas trop longtemps Johnny montera vous allumer un feu de tous les diables, ça fait un moment qu’il le prépare.. Je me demande si en arrivant il va dire « Je ne suis qu’un fou, qu’un fou, un fou d’amour, Un pauvre fou qui meurt, qui meurt d’amour. » . Essaie de voir quand même, maintenant que tu es là haut, si on peut mourir d’amour, je me pose la question, sur doctissimo ils n’en parlent pas. Tu crois toi ? Excuse moi, je te dis tu, mais tu sais si j’avais un jour eu la chance, que dis-je l’honneur de te rencontrer, je t’aurais donné du vous. Même du Vous avec un V majuscule. Et je ne t’aurais pas parlé de Doctissimo. Tu fais partie de ces gens qu’on ne peut pas tutoyer en vrai. Mais maintenant on s’en fout. Le tu, le vous. Toi l’académicien, toi l’amoureux de la langue. Tu me dirais que non, on ne s’en fout pas. Que chaque mot à son importance et qu’on ne peut pas en faire n’importe quoi. Et tu as tellement raison Jean. Enfin, vous avez tellement raison, Monsieur. Les mots c’est tellement chouette que tu peux faire ce que tu veux avec. Les mots c’est la plus belle arme. Les mots c’est la plus belle caresse. Les mots c’est le plus beau spectacle. Les mots c’est la plus belle toile. Les mots c’est le plus grand lien. Les mots c’est gratuit. Les mots c’est partout. Les mots c’est tout le temps. Les mots ça reste. Je suis de celle qui les garde. Qui les colle. Qui les écrit avec un vrai stylo.  Je suis de celle qui les lit. Je suis de celles qui aimerait en écrire plus. Je suis de celles qui aimerait en lire plus. Je suis de celles à qui les vôtres vont manquer. 

Vous étiez le grand jumeau de l’être humain qui m’est le plus cher au monde, celui que j’ai fabriqué. vous étiez né le même jour que lui. Ou plus exactement il est né le même jour que vous. Hasard du calendrier. Ou pas. Peut-être a-t-il choisi son étoile avec goût et intelligence… Moi je le crois.

Je me demande si vous aviez préparé un épitaphe.. une épitaphe? Vous voyez les mots… parfois on ne sait pas. Et c’est aussi ça qui est chouette. Vous pensez que sur votre pierre tombale ils vont mettre « Il manquera à tou-t-e-s »? (T’inquiète, si ils osent, je viens rectifier moi-meme. #inclusivetamère) Et dans un registre un peu plus sérieux, j’espère que votre titre d’Immortel n’était pas usurpé, et que vos mots resteront éternellement gravés. Vous nous laissez tristes de ne plus vous savoir éveillé, veillant, bienveillant. 

Allez, bisous.

PS : si vous croisez un gros canadien qui s’appelle René, dites lui que tout va bien, Céline est BEAUCOUP plus drôle maintenant!

Kiss

rachel-and-mike

Hop Hop Hop! Mais qu’ouis-je, qu’apprends-je? Un Prince de moins sur le marché et même pas un petit texto, j’apprends ça comme tout le monde, par une alerte débile sur mon iPhone. Bon, de toutes façons je ne voulais pas d’enfant roux. Ca ne me va pas au teint. Et puis QUAND MEME. Il est pas pris par n’importe qui. Il est pris par la bombasse des bombasses. Celle de Mike. La Rachel de Mike. Tu regardes pas Suits? Suits c’est une série où sans vouloir spoiler, un mec hyper intelligent avec une mémoire de folie, et en plus très (mais très très) mignon se fait brillamment passer pour un avocat, il surclasse tout le monde, et fait équipe avec un vrai avocat à tomber par terre qui s’appelle Harvey Specter et rien que son nom… je te jure que tu fonds… Enfin… Une série où les gonzesses ont des jupes crayons, des talons de 12, tout le monde travaille jusqu’à au moins 23h. Ils mangent des bagels dans la rue avec des costumes à 12 mille dollars et des manteaux en cachemire sans se faire une tache. Une série où il n’y a jamais un ENFANT. Mais jamais. Pas un nain. Tu vois les gens ont des vrais problèmes, des vrais vies sexuelles et des vrais enjeux de pouvoir. Pas comme nous qui avons des problème de Marmouset Dupon-Grapin m’a donné un coup alors que j’avais pas vraiment dit qu’il sentait de la bouche. Nan. Personne ne dit jamais «  sent de la bouche » dans Suits. Et personne ne doit sentir de la bouche dans Suits.  J’ai vu toutes les saisons. Autant te dire que je suis avocate en droit des affaires maintenant. Et ça fait beaucoup étant donné que je te rappelle que je suis déjà Neurologue et Chirurgien après avoir vu toutes les saisons de Grey’s anatomy. Tout ça pour te dire que le prince Harry a piqué la meuf de Mike. Alors si Mike a besoin qu’on le console… On ne sait jamais… Donnez lui mon 06. Moi, à choisir j’aurais pris Mike. Mais on ne m’a donné le choix… je me demande bien pourquoi… Une fille comme moi. Intelligente, Sympa (sauf avec 2 ou 3, qui d’ailleurs me trouvent désagréable (?)… ), Drôle, presque cultivée, presque sans trop de défauts, presque je fais hyper bien la cuisine (j’ai jamais vraiment essayé, mais je suis sure que si je m’y mettais je la ferais bien), j’ai de bonne notions sur photoshop, et d’EXCELLENTS GOUTS MUSICAUX. Je maitrise Word, Excel et Powerpoint,  Déléguée des parents d’élève, Propriétaire de twingo, bulldog anglaisophile. Alors? Tu crois pas que je pourrais épouser un prince? je veux dire pas celui avec du chocolat entre les 2 galettes. Nan. Le vrai. Il faut faire quoi tu crois? Moi je peux courir les mondanités si besoin. Bien sûr je serais un peu gênée d’être toujours maquillée, coiffée, habillée par des gens rémunérés pour ça, mais bon, si ça crée de l’emploi, je veux bien aussi, ressembler à quelque chose. Et puis je pense que je pourrais aller à toutes le réception de tous les ambassadeurs, surtout si y’a des ferrero rochers. Là par exemple avec le nain on a passé tout le week end à courir les anniversaires, je peux te dire qu’on est hyper bien entrainés pour les mondanités princières. Faudra peut-être m’apprendre à faire la révérence, mais je pense avoir quelques prédispositions, j’ai fait de la gymnastique rythmique quand j’étais en moyenne section de maternelle, meme que j’avais des rythmiques et un justaucorps. Un jour il faudra qu’on parle de ce mot JUSTAUCORPS. Tu crois que la personne qui a inventé ça elle s’est dit quoi? On va faire comme un maillot de bain, mais pas pour se baigner. Ouais si tu veux on peut mettre des manches… Un truc qu’on mettrait comme ça, juste au corps. Oh putain Marcel! je viens d’inventer un mot ! JUSTAUCORPS. Après Marcel est arrivé avec les rythmiques et il a dit que c’était des juste-au-pied mais tout le monde a trouvé ça trop nul. On a gardé que Justaucorps. Perso j’ai arrêté la gymnastique rythmique en grande section de maternelle. J’allais pas faire carrière semble-t-il. Tu crois que les vraies princesses elles ont continué la gymnastique rythmique? Je sais pas. Et si je peux t’avouer un secret, moi, j’ai toujours préféré les BN. Jusqu’à ce qu’ils se mettent à sourire. ça te pose pas de problème toi, de manger un gateau qui sourit? 

Allez, bisous. 

Comme un jeudi

Je vais te raconter mon jeudi soir.

Ce soir c’était beaujolais nouveau. Alors pour feter ça, y avait conseil d’école. Et pour fêter ça, y a eu… la guerre. Enfin, à notre échelle hein. Il faut dire Qu’à un moment on nous a demandé si on avait des trucs à dire. Laisse moi te dire que c’est pas une question qu’il faut me poser. Parce que moi des trucs à dire… j’en ai tout le temps. Là en plus, il se trouve que c’était à propos des humains miniatures que j’affectionne, à savoir le mien et ses congénères. Il se trouve qu’on a découvert assez récemment, au cours de fouilles cantinologiques que nos nains étaient… un peu livrés à eux même à l’heure du dej. Ouais. En fait il se trouve que dans notre école, Si un humain miniature ne va pas à la cantoche, Et ben personne ne s’en rend compte. Et ça. Ça fait un peu chier. Rapport à l’âge de l’humain miniature : autour de 6 ans. Donc j’ai dit poliment, que nous, parents, ça nous faisais un peu chier… et Y a une maîtresse que mon fils aura dans quelques années qui m’a dit que, je cite, « madame, il faut que les enfants soient un peu autonomes, tout n’est pas toujours de la faute d’un adulte » certes. J’avais envie de prendre sa tête et de taper le mur avec. Si si, je te promets. Sa tête. Un mur. Elle m’a dit qu’il fallait que je responsabilise un peu mon fils. MAIS C’EST À DIRE? EXCUSE MOI, IL A 6 ANS. IL DOIT SE COMPTER LUI MÊME? IL DOIT SE FAIRE L’APPEL? Je bouillais du dedans de moi même. Donc là, au lieu de boire du beaujolais nouveau, je suis en train de parler de l’organisation de la cantine avec des gens qui pensent que je suis une connasse désagréable alors que j’essaie juste qu’on fasse pas l’ouverture du JT de TF1 avec « les chances de retrouver le petit DYLAN, dont personne n’a remarqué l’absence à la cantine, et qui a disparu depuis deja 72 heures s’amenuisent d’heure en heure » bon, si ses parents l’ont appelé Dylan, c’est qu’ils ne l’aimaient pas vraiment déjà. Mais merde. Et c’est moi qui passe pour une chieuse. Alors que je voudrais juste que mon fils reste en vie. C’est vrai que j’en demande beaucoup. Faut pas deconner, on a le droit à un quota de perte non? Si. Sûrement. Parlez en aux parents de Dylan, ils vont kiffer. Après on a parlé RESPONSABILITÉS. Y a une maîtresse trop bonnasse qui a dit qu’elle voulait pas aller en prison et à qui on a répondu en gros « nan mais n’importe quoi » et du coup elle a gueulé très fort (elle est trop cool, J’adore les gens qui crient plus fort que moi, y en a pas beaucoup, ils m’impressionnent) après elle est partie genre en mode théâtral. Elle a disparu, un peu comme Vic dans la Boum: vous me faites trop chier. C’était trop cool. Après y a 2 maîtres qui avaient raté le début qui sont arrivés, du coup ils avaient raté le meilleur, on a essayé de leur raconter mais c’est pas pareil quand tu l’as pas vécu. Ils étaient un peu en décalé. Mais ils ont réussi à suivre. C’est vraiment passionnant ce genre de réunion. Après cette animation On a parlé du budget. Du fauteuil cassé d’une des maîtresses qui peut apparemment pas s’asseoir sur une chaise normale (elle doit avoir le cul en or massif), du spectacle de magie pour noël, des travaux, du budget pour l’informatique, des sorties scolaires, et de la kermesse. Après on a finalement fini par aller boire du beaujolais nouveau, mais pas tous ensemble, parce que y en a Moi je peux pas boire avec. Et ce qui rassure, c’est que comme tous les ans, y a un truc de constant, c’est que le beaujolais nouveau, il est vraiment degueulasse.

Allez, bisous.

13XI

Y a des jours comme ça.

La c’est un lundi.

C’est souvent pourri le lundi.

Toute la nuit le vent a soufflé.

Soufflé fort. Soufflé froid.

Ce matin le ciel est tombé.

Tombé mouillé. Tombé glacé.

Suis arrivée au bureau trempée. Frigorifiée.

Fait un café. Long.

Sans sucre. Chaud. Trop chaud.

Allumé l’ordinateur.

Commencé la journée.

Et dans ce coin en haut à droite

Survolé l’heure.

La date apparaît.

Et au dessus d’elle ce petit drapeau français.

13 novembre.

Treize novembre.

Bleu blanc rouge.

J’aime pas le lundi.

J’aime pas ce lundi.

Il est encore plus gris.

Il est encore plus moche.

Il faut se souvenir.

Si. Il le faut.

Toujours.

De ces gens.

De ces gens vivants.

De ces gens beaux.

De ces gens souriants.

De ces gens partis.

Partis un soir de chez eux.

Et jamais revenus.

Partis direct après le boulot.

Pas repassés à la maison.

Pas fait un dernier bisou.

Pas serré une dernière fois.

Assis à cette terrasse.

Debout à ce concert.

Et partis.

Partis trop tôt.

Partis au nom de quoi.

Partis au nom d’on ne sait toujours pas.

Partis avec notre insouciance.

La folie des uns a muselé celle des autres.

On a mûri en une nuit.

Et on doit vivre sans vous.

Vous qu’on ne connaissait pas.

Vous qu’on n’aurait jamais connu.

Vous qu’on ne connaîtra jamais.

Paradoxal, aujourd’hui vous m’avez manqué.

Si vous aviez été là, debout, mon lundi aurait été moins moche.

En fait ça fait 2 ans que vous nous manquez.

Et Ça fait déjà 2 ans qu’on arrive à se lever tous les matins.

Parce que « la vie continue » paraît-il.

Ouais. Mais pas pour tout le monde.

Ce soir je vais aller le coucher.

Me frayer un chemin entre les playmobils et les legos.

Et pour tout ça ce soir je vais le serrer.

Plus fort.

Encore plus fort.

Je l’aime pas plus à cause de votre absence vous savez.

Mais je me rends compte de ma chance.

Et Je sais que de la haut vous veillez.

Vous veillez sur tous ceux que vous aimez.

130 étoiles de plus.

Ce soir planquées derrière les nuages.

Je vous verrai demain.

Ou un autre demain.

Je tombe souvent sur vous.

Ma journée a été assombrie,

Mais de là haut, vous éclairez mes nuits.

Classé X

img_2623.jpg« Et puis y a toi qui débarque en ouvrant grand mes rideaux,
Et des flots de couleurs éclatent et le beau semble bien plus beau,
Et rien vraiment ne change mais tout est différent »
Quand je pense qu’il y en a qui ne croient toujours pas au voyage dans le temps…
Mais tu penses que Jean-Jacques il parlait de quoi dans sa chanson? Mais bien sûr qu’il parlait de ça. De l’iphone X.
Tu vois bien cette métaphore « en ouvrant grand mes rideaux » c’est l’écran borderless.

« Rien vraiment ne change mais tout est différent » si c’est pas la phrase qui résume le mieux cette REVOLUTION, ce processeur A11 Bionic… C’est quoi? Bon, la partie sur les flots de couleur et le beau plus beau j’ai pas besoin de te faire un dessin… c’est le capteur 12 millions de pixels, le double objectif et l’ecran retina. Mais bordel, Bien sûr que ça parle de ça. Tu croyais quoi toi?  Bref, on y est les gars, le futur c’est maintenant.

Y  a plein de gens qui se sont offusqués du prix de cet objet – si, si, OFFUSQUÉ c’est quand des gens te disent « Putain t’as vu le prix du nouvel iPhone? c’est ABUSÉ » ça c’est des gens OFFUSQUÉS. – Des gens dans la télé et les journaux. Et des gens dans la vraie vie. Des gens à qui tu peux demander « Mais excuse moi… personne ne t’oblige à l’acheter si?» et qui te répondront « C’est pas le propos ».

Bon, y’en a un qui s’est offusqué, mais lui il a le droit, pour moi il a tous les droits en fait. L’inénarrable, l’irremplaçable, l’irresistible… le seul et unique Guillaume Meurice, dont je ne partage pas tous les avis mais dont je pourrais parfaitement partager la vie tant il me fait mourrir de rire et craquer à la fois, le sublime Guillaume Meurice s’est donc gaussé il y  quelques jours de ces abrutis qui se massaient devant un apple store le jour de la sortie du graal: l’iphone X.  Bien sûr que ça parait risible (et j’ai ri). Bien sur que ces gens ont l’air parfaitement stupide (j’ai ri de nouveau) de mettre un SMIC dans un téléphone. Bien sûr que tout ça a l’air parfaitement lamentable et drôle (j’ai re re ri, oui, vous l’aurez compris, il me fait rire). Mais Guillaume, je vais te dire pourquoi nous, les simples mortels, on a envie de l’acheter… Déjà, pour tes crétins qui ont fait la queue, tu pourras leur dire que c’est plus qu’un SMIC, parce que la version de 256 Go est à 1329 euros. contre 1149,07 euros net pour un SMIC sur 35 heures. Ca fait 180 balles d’écart, et pour un smicard, crois moi ça fait une différence. Et pour un humain miniature en cette période des listes au père Noël, 180 balles c’est 3 jeux de ninetènedosouitche ou 2 boites de legos Starwars (ouais y’a pas qu’Apple qui pratique des tarifs exorbitants, penche toi un peu sur le problème des licences chez nos amis les legos, tu verras, y’ a des trucs à dire, mais je digresse et ça n’est pas le propos). Tu sais Guillaume, pour que tu comprennes bien je vais te raconter une chouette histoire (la mienne), qui t’explique pourquoi on a besoin de s’acheter des téléphones avec des pommes dessus et avec des numéros toujours plus grand. Il y a quelque jours j’ai explosé, parce qu’il n’y a pas d’autre verbe, j’ai explosé l’écran de mon iPhone (7). Si tu avais partagé ma vie, voyant mon désarroi et ma tristesse,  tu m’aurais probablement consolée, tu m’aurais pris dans tes bras tu m’aurais enlac… bref, tu aurais fini par me dire qu’en fait   je suis un peu cruche de pas avoir fait de sauvegarde, et de ne pas lui avoir mis une coque et tu m’aurais expliqué à quel point c’est ridicule de mettre autant de pognon dans un téléphone. Tu m’aurais dit d’arrêter de dire autant de gros mots. Et là je t’aurais bien sur expliqué très poliment que c’est tout, sauf un téléphone, sa race. Que c’est la fonction que j’utilise le moins dans cet objet en fait. Et que tu commences à ma saouler avec tes principes de nazi de la téléphonie. Mais je me serai radoucie en voyant ton joli sourire… et donc j’étais toute malheureuse, et  le temps que je fasse fonctionner l’assurance, j’ai ressorti un vieil iPhone 5C que j’ai donné à l’humain miniature pour qu’il joue à ses jeux. Et là, j’ai très très bien compris pourquoi je ne pouvais plus me passer de mon iPhone 7.  Le truc que j’avais entre les mains était d’une lenteur abominable, quand tu veux passer d’une application à une autre, t’as l’impression d’être en train de regarder un de ces films suédois d’art et d’essai avec une musique à se flinguer. Et tu as presque réellemment le temps de le regarder hein.  Ensuite, une fois que tu as réussi à ouvrir par exemple  l’appareil photo, tu te rends compte que tes photos sont toutes ternes. Moches même. T’as beau mettre des filtres, c’est pas ça. Pour ce qui est des discussions avec tes amis sur les différentes messageries instantanées, BON COURAGE. La chose ne veut pas que tu lises certains message apparemment. L’objet fait de la censure. Quant aux emoticones (ces petits dessins qui ponctuent nos messages), je te vois déjà rire, mais certains message que tu reçois ne sont que suite de carrés et de ronds car le système du téléphone ne supporte pas la dernière mise à jour, nous serions donc aimables de communiquer avec des vrais mots. Je te rassure, mon calvaire n’a duré que 2 semaine à l’issue desquelles j’ai retrouvé mes 12 milllions de pixels, mon OS à jour,  mon processeur, mes 82 applications et mon écran retina, qui me suffisent parfaitement aujourd’hui, certes, mais j’habite un des plus beaux endroit de la terre, j’ai un humain miniature extrêmement photogénique, un bulldog anglais qui l’est presque encore plus et je dispose moi même d’un physique assez bombastique. Tu comprendras donc la nécessité de disposer d’un objet qui me permette de partager avec tous des images de qualité de ma vie non? Toi par exemple, je te fais une proposition, Viens on part une semaine en vacances ensemble, et à la fin, non, tu ne voudras pas t’acheter un iPhone X, mais tu seras fou amoureux d’une meuf formidable qui pourrait en avoir un. On fera des selfies trop chouettos (ouais j’utilise le mot chouettos, et hier j’ai même dit « à plus dans le bus », mais tu verras, on s’y fait) parce que en vrai, on n’est pas des débiles superficiels qui veulent avoir un téléphone très cher. Non. on veut juste que les souvenirs qu’on fabrique soit sublimés par un objet dont le design est, quoi que tu en dises, à tomber par terre.
Personnellement je suis issue de cette génération qu’on a appelé X (comme l’iphone tu remarqueras la coïncidence…). Celles des gens nés entre 1960 et 1980. Ces gens qui ont grandi avec l’avènement de la télévision et des publicités. Des gens biberonnés au marketing. Ouais, ma génération peut finir n’importe quelle phrase à la con qui ressemble à un slogan des années 80, notre vision de l’enfance c’est un petit garçon qui fait un barrage avec des bouts de bois sur un ruisseau avec une musique à la flute pendant que sa mère fait des mouillettes au jambon Herta. La famille idéale est bien sûr celle qui s’attable en attendant l’ami Ricoré qui arrive à vélo, et tu sais, si tu te mets un parfum de supermarché, un inconnu t’offrira des fleurs, c’est l’effet impulse. Tu peux coller quelqu’un à l’envers au plafond pour vérifier que ta super glue tient bon, et tu n’oublieras jamais, jamais qu’un sanibroyeur SFA c’est sensas’. L’age d’or de la pub je te dis. Nos petits cerveaux ont été formés voire formatés avec ça. Et je ne vais pas te mentir. Aujourd’hui encore, par d’autres biais bien sur, le marketing est partout. Mais Je ne suis pas une victime du marketing, je suis juste une enfant du marketing. Elevée à l’heure et dans l’aire des plus grandes agences de publicités. J’ai grandi à coup de slogans et d’images préfabriquées. Les publicitaires ont décidé pour moi de ce que j’allais aimer. De ce que j’allais porter. De ce que j’allais manger. Tragique tu dois penser. Pas tant que ça.
Aujourd’hui on nous explique par d’autres biais comment penser, et d’autres se croient originaux en me disant qu’il faut justement casser code, être DISRUPTIF (je sais que tu adores ce mot complètement débile). il faut que nos vies soient instagrammables. Que notre déco soit irréprochable. Que nos enfants soit ultra lookés. L’image est partout. Elle circule. Elle est instantanée.  Et dans ce monde où tout ne marche pas forcément droit, Dans mon monde où tout est un peu (un peu?) en bordel, où le schéma n’est plus celui qu’il était, on change de boulot, de carrière, de ville, de mec. On élève des enfants dans un monde où il est compliqué de voir à long terme. Dans un monde ou y a un « chez papa » et un « chez maman » dans un monde ou l’ami Ricoré doit passer 2 fois. Comme le père Noel. Dans un monde ou finalement, ce qui ne change pas… c’est… mon téléphone.  Alors oui. Je ne résiste pas aux sirènes du marketing. Mais je lui reste fidèle. A lui. J’y ai réfléchi. Et je me suis rendue compte que ça fait 9 ans. 9 ans que j’ai un iphone. C’est plus que la relation avec chacun de mes mecs. Mon iphone est là. Dans ma vie. Il évolue avec moi. Toujours plus. Plus de mémoire. Plus de pixels. Plus de fonctionnalités. Plus solide. Plus étanche. Plus beau. Comme moi (si si , je te jure). Il est devenu le prolongement de ma main. Il est devenu le prolongement de ma pensée. Intuitif. Vif. Il anticipe certains de mes besoins.
Paradoxalement Il est de moins en moins un téléphone. Mais il est de plus en plus le lien. Le lien avec tous. il me permet de garder le contact avec tous ceux et celles qui sont si loin et il y en a beaucoup dans ma vie, crois moi. Grâce à lui « Loin des yeux loin du coeur » n’est plus envisageable, parce que je suis sous les yeux de tous. De tous ceux qui ont envie de nous voir.  Et qui du coup nous gardent dans leur coeur, et vice versa.
Mais sinon je te rassure Guillaume, je suis quand même une vraie connasse, j’ai toute la collec’ de la vraie de vraie, l’ipod, l’imac, l’ipad, l’iwatch, le macbook et l’apple tv, oui à la maison la pomme est partout. Et en fait c’est plutôt pas mal, de payer des objets le prix qu’ils valent… Ils sont beaux, bien conçus et de bonne qualité. Tu verras, j’ai appliqué la formule à d’autres trucs, et en fait tout fonctionne parfaitement, depuis longtemps, et en plus c’est très joli. Je vais te l’avouer, mon aspirateur est signé Dyson, mon blender et mon robot sont des Kitchenaid, mon frigo est un Smeg, et bien sûr j’écoute de la musique sur une enceinte bluetooth Bose. Et comme j’adore le luxe et les belles bagnoles, je roule en Twingo, celle que j’ai actuellement c’est ma deuxième, et elle date de 2005, ouais, faut pas déconner non plus hein. Quand tu voudras qu’on parte en week end avec tous nos enfants, on en louera une bien, mais là, avec l’humain miniature ça nous suffit, elle a même la clim’.
Apres tu peux choisir une meuf qui ne jure que par les PC et qui a un robot moulinex et un frigo Brandt. Mais tu verras, à terme, il vaut mieux investir dans des trucs de qualité au design bien pensé… non… je ne parle plus d’electro ménager là, donc ouais, j’ai AUSSI un corps de rêve, et beaucoup d’humour. Alors Tu viens?
Allez, bisous

Octobre

 

cabrel

Le vent a même pas fait craquer les branches, la brume est même pas venue dans sa robe blanche… Y a même pas trop eu des feuilles partout couchées sur les cailloux… J’ai bien vu sur quelques tables en fer blanc quelques vases vides et qui trainent… Des nuages se sont un peu pris aux antennes, mais je t’assure Francis, à part ça… On n’a vraiment pas vu passer octobre. Déjà fini. A peine commencé, qu’il est terminé. Je m’en suis rendue compte ce week end, ouais, maintenant que t’es sur Spotify j’ai pu beugler avec l’accent du sud (je peux pas m’empêcher quand c’est toi qui chante, mais que celui qui n’a jamais roulé les R sur Paroles Paroles me jette la première pierre) je beuglais donc tranquillement « J’t’offriraaaaais des fleurs et des nappes en couleurs pour ne pas’qu’octoooobre nous preeeeeenne » quand soudain mon cerveau (si, si, y’en a un) a fait un genre de rapprochement. Les infos se sont télescopées et là tout d’un coup je me suis dit mais… Mais! on est déjà FIN OCTOBRE. Hier on était en maillot de bain, et Bim, faut trouver un costume au nain pour Halloween, j’avais pensé au truc le plus effrayant du monde, j’avais dit à mes copines que j’allais le déguiser en Test de de grossesse positif, et puis la discussion a rapidement mal tourné, elles m’ont dit que je devrais faire pipi dessus, du coup… comme c’est sale, on a fait moins effrayant, « On »  a choisi quelque chose d’autre, quelque chose de moins… enfin de plus… classique… Moi je voulais qu’il prenne le squelette, avec la main-en-os-au-bout-d’un-manche-que-tu-tends-avec-un-sachet-dedans-pour-mettre-les-bonbons, il voulait PAS. Nan. Il voulait un costume avec une CAPE. J’ai proposé un squelette avec une cape, et la  main-en-os-au-bout-d’un-manche-que-tu-tends-avec-un-sachet-dedans-pour-mettre-les-bonbons  il voulait PAS. J’ai dit T’es sûr? il a fait les 2 sourcils qui se rapprochent, on est passé à ça de la boude. J’ai dit Ok! tu veux quoi? Il a dit je veux être un vampire. Cool, viens on va te choisir des fausses dents. On a frôlé l’arrêt cardiaque de l’enfant de 6 ans (si si, je t’assure que c’est possible) T’es dingue? Déjà le maquillage on n’a jamais eu le droit (essaie de lui faire une moustache avec un feutre, si tu y arrives, j’achète un bescherelle à Jul), alors les fausses dents non plus hein, tout ce qui touche au visage grosso modo, tu oublies. Nous voilà donc devant les déguisements de vampires, qui ressemblent traits pour traits au déguisement de magicien que tu as déjà et qui t’allait 12 fois trop grand l’an dernier. Donc non, je ne vais pas t’acheter le même déguisement que celui qu’on a déjà, c’est pas une question d’argent c’est juste que c’est débile, tu mettras celui de magicien et avec des fausses dents… Nan, je déconne hein, avec des «  accessoires »  ça fera vampire, tiens, pourquoi pas cette main-en-os-au-bout-d’un-manche-que-tu-tends-avec-un-sachet-dedans-pour-mettre-les-bonbons? Imagine ce regard de l’enfant saoulé mais saoulé mais sur-saoulé par sa mère RELOU…. imagine et multiplie le par 30, t’as à peu près sa tête dans le rayon. Ha c’est con, moi elle me plaisait bien… (ça s’est vu?), alors choisis autre chose. Ha voila. Parfait mon chéri. Une… hache. Une hache voilà. Bien sûr que ça fait vampire, tous les vampires ont une hache, pour découper les crucifix, et éventuellement couper un peu de bois de chauffage si besoin. Ils habitent toujours des grandes baraques inchauffables ces cons de vampires. Et si je cherche bien, là ça capte pas j’ai pas de quatre-gé, mais je suis sure que si tu tapes Vampire dans gougueule, tu tombes sur des gens avec des haches. Si si. Bon, On est pas mal là, Choisis un seau pour les bonbons, puisque tu ne veux pas de cette main-en-os-au-b… OK ça va! Mais ça aurait bien fait office de seau… Oh c’est quoi maman? -Des fausses tombes pour mettre dans son jardin. -C’est rigolo! -Très mon chéri, mais on ne va pas être drôles à ce point, on ira au cimetière demain et aussi dans la semaine, on ne va pas en plus ramener une fausse tombe à la maison. Les tombes c’est comme les sapins, on en achète pas des faux! On en prend des vrais! Nan, ça veut pas dire qu’on va acheter une vraie tombe pour mettre dans le jardin, je me suis mal exprimée. C’est juste qu’on n’achète pas une fausse tombe. Voilà. c’est tout. On a réussi à repartir sans tombe en plastique. Le lendemain on est allés au cimetière , on avait pris des chrysanthèmes chez Carrefour Market. C’était pour Christiane. Des blancs. Comme pour mémé. Elles préfèrent les blanches. Toujours. En chargeant les courses dans le coffre j’ai dit -on va aller déposer les fleurs à Christiane. Il a dit -Chez elle? Les battements de mon coeur ont eu comme un contre temps, et j’ai dit « non mon chéri, dans son… nouveau chez elle » avec mon sourire numéro 4, celui qui n’est que sur la façade, alors que dedans c’est tout liquide… Il a répondu très logiquement -Ben oui puisqu’elle est montée au ciel.. –Voilà, donc on va au cimetière, c’est là qu’elle est aussi.  –C’est celui de pépé et mémé? –Non c’est un autre– J’espère qu’il est aussi chouette… 

Ouais. Il l’est. En plus il était tout fleuri. Et comme on est au début du CP, c’est quand même super cool d’apprendre à déchiffrer des mots en les lisant sur des caveaux, les lettres sont jolies, et y’en a plein. Avec plein de dates en plus. Le cimetière de pépé et mémé il est encore plus ultra chouette parce qu’il y a des points d’eau partout et qu’on peut arroser les fleurs. En plus y’a toujours plein de bougies, et ça c’est super cool les bougies. Là on n’avait pas de briquet, alors on n’a pas mis de bougie pour Christiane. Avec maman on a rigolé en repensant à la première fois où j’avais emmené le nain voir pépé et mémé au cimetière, il avait à peine un an, il marchait déjà super bien, mais en descendant devant le caveau, pendant que je ne le surveillais pas -mais qu’est ce que tu veux qu’il lui arrive on est dans un cim… Ouais, la quiétude des lieux avait été légèrement perturbée par un hurlement. Il s’était étalé de tout son long et s’était écorché tout le visage. Il faut dire que c’est très très en pente. Et qu’il semblerait que ce ne soit pas conçu pour les enfants en bas age. Chelou ça…  Lui il ne s’en souvient pas. Et il aime toujours bien aller au cimetière. Comme quoi c’est pas traumatisant. Là Il avait envie de faire pipi, alors on est sortis pour qu’il fasse dehors, même si lui, il a pas trop compris pourquoi, puisque « on est déjà dehors, et en plus y a personne ». Là j’aurais pu lui dire qu’en fait on était pas seuls et qu’il y avait plein de gens morts allongés tout autour de nous et que c’est pour ça qu’on pouvait pas faire pipi là. Mais je me suis dit que pour l’instant il aimait bien venir avec moi, alors j’ai juste usé de mon argument majeur dans cette éducation irréprochable que je lui fournis gratuitement chaque jour, J’ai dit : C’est comme ça. ça fonctionne encore pas mal, mais je pense qu’à un moment ça va coincer. Mais tant que ça marche…

Bon, bref, on a passé un week end chargé, on a fait le cimetière, les chrysanthèmes, le costume d’Halloween, dans le coffre de la twingo y’avait une citrouille de la taille du postérieur de Kim Kardashian, donc j’en reviens à mon point de départ. On n’a pas vu passer octobre. Sa race. 

Et cerise sur le clafoutis, on a même eu le changement d’heure, tu me croiras ou pas, j’ai même dit cette phrase de connasse que je ne pensais pas prononcer un jour « Ce changement d’heure ça m’a crevée. » Ouais. et ça 3 jours après ledit changement d’heure. Le plus déprimant c’est pas qu’il fasse nuit à 17h30 les gars. Nan. Le plus déprimant C’est que je passe ma vie à dire à tout le monde « c’est horrible ce jour qui tombe à 17h30 ». Je te promets. Ouais, Une seule conclusion : Je vieillis. Je te jure, dans 6 mois je vais me mettre à parler de la météo tout le temps. Il fait beau d’ailleurs pour un 1er novembre non? Je déconne! Oh ça va! Mais quand même ça m’a crevée moi ce changement d’heure… Bon, y’a des bonnes nouvelles quand même, tu me croiras ou pas, mais comble de modernité et de technologie, la twingo est passée SEULE à l’heure d’hiver. Je suis montée dedans dimanche et Bim. Elle était à la bonne heure. Alors? La classe ou pas la classe? Ouais. La classe. Ok, ça faisait 6 mois que je disais -faut que je la change l’heure-. Mais du coup c’est bon, on est nickel, enfin, pour 6 mois quoi.

La vraie bonne nouvelle c’est qu’on arrive en novembre, que qui dit novembre dit décembre, et que qui dit décembre dit gros bonhomme rouge qui descend du ciel… et ça, laisse moi te dire que c’est le meilleur moment de l’année. En plus là on peut faire du chantage qui fonctionne direct. Et on va bouffer des chocolats à s’en faire péter le bide. Tout le monde va être de bonne humeur, y aura des jolies décorations partout, on va mettre des pulls moches, on va ressortir l’appareil à raclette, on va manger comme quinze, boire comme douze, et ce sera trop choupi d’emmitoufler les nains dans des bonnets de débiles. J’ai hâte. Et au fait, il était juste parfait dans son costume de vampire avec une hache. Je le kiffe trop. 

Certes. Mais n’empêche, tu m’enlèveras pas de l’idée qu’on a pas vu passer octobre. Hein Francis? 

 

Allez, bisous.