Comme un goût de poussière

J’aime pas le lundi. Remarque, y a pas beaucoup de gens qui aiment. Le lundi c’est comme les hôpitaux. Tu trouves jamais de gens qui te disent « Moi j’adore les hôpitaux » ou les contractuelles… ou les mon chéri… Tu connais des gens qui aiment les mon chéri? Bref. Le lundi c’est comme un mon chéri.

Celui là il suit ce qu’on pourra qualifier de week end le plus moisi de 2018. Pas trop dur tu me diras, étant donné que c’est le premier, mais on aura du mal à faire moins funky. Je te dresse le tableau : Vraie gastro. T’es au fond de ton lit alors que Samedi y’a un ciel bleu à faire pâlir Yves Klein et le nain est encore chez son père. Tu es donc seule et tu pourrais « profiter», mais non, tu restes à une distance raisonnable de ton meilleur ami du moment : Jacob Delafon tout en sirotant La boisson la moins hashtagable de la vie : Le smecta à la fraise #smectafraise. Note pour plus tard, ne plus jamais obliger le nain à en boire, c’est VRAIMENT, dégueulasse. Mais la loose ne s’arrête pas là… Etant donné que tu as fini les 2 saisons de Stranger Things tu te dis que tu vas te mater Love Actually en essayant de te motiver pour défaire le sapin de Noel qui a exactement la même gueule que toi (n’essaie pas de visualiser)… Le climax de ton week end résidant dans ce moment où Hugh Grant danse sur les Pointer Sisters et où tu remues un peu la tête… Ouais tu peux le dire, on atteint des sommets. Tu t’es translatée dans le canapé avec un plaid et tes chaussons-chaussettes fourrées en pilou-pilou. Tu portes à 15h ton pyjama de Noel « TEAM RUDOLPH » et sur ton macbook pro ouvert sur le canapé, dans la barre de recherche google on peut lire « MOURIR D’UNE GASTRO ENTERITE ». Tu as touché le fond, et tu creuses encore.

Tu remets lentement Melchior, Gaspard et Balthazar avec le boeuf, l’ane et tous leurs potes dans une boite. tu mets cette boite dans une autre boite. Elle ira en rejoindre plein d’autres dans l’abri de jardin. Avec, tu sais pas pourquoi cette étiquette « XMAS » parce que tu t’es crue bilingue le jour où t’as fait l’étiquette sans doute.

Tu t’es donc hissée hors du canapé et Tu retires maintenant chaque boule de chaque branche toute sèche. ce qui prend, on est d’accord, autant de temps que de les mettre. Mais en environ 70 fois moins festif.

Tu réussis à retirer les guirlandes lumineuses qui s’entrecroisent sans te prendre le sapin sur la gueule, ce qui n’est pas gagné d’avance étant donnée ta méthode : Tirer jusqu’à ce que ça vienne, mais il est resté debout: fierté. Du coup Tu fais 2 grosses pelotes et tu te dis que tu les démêleras l’an prochain, et l’an prochain tu pesteras, comme cette année, avec ton bonnet de père Noël clignotant, ta bonne humeur et ton nain, que c’est quand même pas compliqué de démêler avant de ranger. Si. Je t’assure, Ça l’est.

Tu as mis toutes les boules dans une boite. Celles avec des étoiles. Celles transparentes. Et celles avec dessus MAKE YOUR DREAMS COME TRUE. Tu as regardé la boite un moment avant de la fermer. Tu lisais cette phrase. Et tu as philosophé un instant dans ta tête sur les rêves qui comme des boules sont rangés dans des boites et qu’on ressort juste de temps en temps mais qu’on range bien précieusement avec du papier de soie autour, pour pas les abimer. Tu as filé ta métaphore pourrie entre les rêves et les décos de Noel, et tu t’es mise à te dire que les rêves il fallait les réaliser, ouais, attraper sa vie à pleines dents ou croquer sa vie à pleines mains, tu sais plus, mais en tout cas faire un truc. Tu es partie encore un peu plus loin en rangeant l’étoile, un peu le rêve suprême. le truc qui te titille depuis toujours. Ton étoile à toi. Celle que tu devrais suivre. C’est quoi. T’as bien réfléchi. Et puis… Et puis T’as fermé la boite. T’as fait une pile de boites que tu monteras demain dans l’abri de jardin. Procrastination, ton deuxième prénom.

Tu t’es demandée si tes rêves allaient tous finir dans l’abri de jardin. Et puis t’as re-bu un smecta à la fraise. C’est important de préciser à la fraise parce que déjà le smecta en soi, c’est pas bon, ça a ce goût de poussière… mais alors à la fraise, c’est vraiment pas possible. Mais la peur de faire partie des 219 000 morts par an de la gastro était bien plus forte que le gout. Merci google.

Après ce samedi tu as eu, comme tu t’en doutes un dimanche à peu près du meme genre mais en moins malade. Maman t’a appelée pour te dire que France Gall était morte. T’as rangé toute la chambre du divin enfant qui rentre demain après 10 jours d’absence, t’as trié les playmobils -évideeeeeeemmmmment- evideeeeemmmment on danse encore sur des accords – t’as Jeté des milliards de petits bouts de papiers découpés petit petit – Quand je suis seule et que je peux rêver, je rêve que je suis dans tes bras- t’as fait le tri dans ses affaires – Je suis une poupée de cire une poupée de son Mon coeur est gravé dans mes chansons – tu as Changé son lit de place – tape sur des tonneaux sur des pianos sur tout ce que dieu peut te mettre entre les mains- et puis la commode – quelque chose dans la voix qui parait vous dire viens- Et passé l’aspirateur -cherche ton bonheur partout vas, refuse ce monde Egoiste – remis le tapis en place -Il jouait du piano debout, c’est peut etre un détail pour vous mais pour moi ça veut dire beaucoup- Mis toutes les peluches en rang d’oignon sur le lit – Et que chacun se mette à chanter et que chacun se laisse emporter – et puis chaque chose était à sa place. T’as arrêté spotify. Y’a eu du silence. Et les boites dans le couloir. Qui te toisent.

Et tu t’es dit qu’en fait tu l’aimais bien France Gall. Longtemps tu as dit qu’à part jeter sa frange en avant elle faisait pas grand chose. Mais t’étais seulement jalouse. Tu repenses à l’été de tes 14 ans où tu as appris la mort de Michel Berger. Et où ton cœur d’adolescente s’est brisé et s’est demandé pourquoi. Comment. Comment on pouvait nous reprendre tout ce talent. Toute cette sensibilité. Tous ces mots qui te parlaient tant à toi. Et là, dans ce couloir. tu l’entends. Et tu l’écoutes.Tu écoutes ce silence. Béant. Ouais. Ca existe pas un silence béant, mais celui là, il est comme ça… et tu l’entends…

Ce qu’il reste de vous

immobile et debout

une minute de silence

ce qu’il reste c’est tout

de ces 2 coeurs immenses

et de cet amour fou.

On est plus lundi. Lundi soir Le nain est rentré. Ignorant tout, la gastro, le sapin, les rêves, les boites, France Gall… et… la fille à côté de lui a vomi dans l’avion a cause de toutes les turbulences. Elle s’appelait Lola. Tu vois, la réalité c’est ça. Et je la surkiffe la réalité.

Allez, bisous.

Ensemble

Y avait des paillettes et des bulles de champagne. Des filles qui parlent fort et qui se foutent bien de comment on les regarde. Y’avait ce couple d’amoureux venu entrer dans une nouvelle année dans un chouette restaurant pour une soirée sûrement romantique et qui ne s’attendaient pas à cette table de 16 dont quelques barges juste derrière eux… Y’avait cette table de jeunes qui avaient l’air déjà vieux dans leurs têtes et qui ne faisaient pas de bruit… Y’avait la cheminée qui crépitait mais qu’on entendait pas. Y’avait l’enceinte qui crépitait aussi et qu’on a bien entendue. Y avait celles qui n’étaient pas là mais qui étaient un peu là quand meme parce qu’on les voyait en photos et en vidéos et qu’on rigolait avec. Y’avait tous nos téléphones qui n’ont pas téléphoné mais qui ont bu du champagne par moments. Y’avait des paires de chaussures à talons qui font mal aux pieds mais qui font de très belles jambes et des uggs dans des sacs qui sont sorties après minuit. Y’avait des petits feux d’artifice dehors que y’a que moi qui les ai vu et qu’on m’a prise pour une folle. Y’avait des collants qu’on avait peur de filer sur des chaises en paille. Y’avait une culotte en dentelle qui gratte qui a lancé toute une discussion sur le fait de porter ou pas des culottes. Y’avait une discussion sur les poux qui était en fait une métaphore mais en fait pas vraiment parce qu’y en a qui avaient vraiment des poux. Y’avait de la musique. Y’avait du champagne. Y’avait ces filles qui sont super belles du dedans, mais ce soir là… elles avaient mis un peu plus de noir sur leurs yeux comme dirait Dalida, et du coup elles étaient super belles du dehors aussi. Y’avait des rires en pagaille. Y’a eu une recherche sur google des rimes en -ITE pour aller avec deux-mille-dix-huit. Très fructuante vous vous en doutez. Y’avait des cris. Des photos. Des films. Des assiettes bien pleines et des enfants fatigués. Et puis… Et puis à minuit moins 5 les nains ont débarqué. On était encore en train de manger, ils ont fait une pause sur leurs ipads-switch-kidizoom et autre virtualités, pour venir se serrer contre leurs géniteurs et génitrices et entrer collés dans la nouvelle année. Et là, juste là, je l’ai sentie. collée à moi. L’absence. Elle était venu avec le vide. Ils s’étaient bien planqués tous les 2 jusque là, mais ils ont surgi. Et moi Je cherchais presque ses petites lunettes entre 2 doudounes qui arrivaient de l’extérieur. Je savais qu’il était de l’autre côté de la Méditerranée et qu’il n’allait pas apparaitre comme par magie. Alors J’ai voulu regarder ailleurs que toutes leurs étreintes. Mais ils étaient partout. Et lui nulle part. Et puis Des bras bienveillants m’ont serrée fort et mes yeux se sont tout mouillés. Il n’est pas entré en 2018 avec moi. Et ça vous savez, en fait, ça n’est pas triste. Pas triste du tout meme . Bien sûr qu’à cette instant j’aurais donné n’importe quoi pour le serrer. Et meme fort fort. Mais ce qui n’est pas triste c’est qu’il était avec son papa. Et qu’il était bien. Et moi j’étais avec elles. Avec eux. On était ensemble. Ensemble. Plein de rires. Plein de joies. Plein de danses. Plein de chants. Plein de trucs qu’on allume et qui font un feu d’artifice d’intérieur mais qui après font de la fumée qui pue. ET J’espère que mon 2018 sera comme ça. Et le votre aussi (nan pas plein de fumée qui pue) : Ensemble. Avec plein de Ensemble. Parce que si on peut bien se souhaiter à tous quelque chose, c’est ça. A quoi bon les chouettes projets, les beaux voyages, les moments magiques, la santé et la prospérité si ce n’est pas pour les partager avec ceux qu’on aime…. Je vous souhaite à tous plein de Ensemble pour cette année, avec un soupçon de Pace è Salute et un zeste de Céline Dion par dessus quand meme… Je nous souhaite une année drôle, belle et Ensemble, c’est tout. (©Anna Gavalda hein)

Bisous les copains à très vite dans la vraie vie. Je vous kiffe. Et encore plus en 2018.

CHER PAPA NOEL

IMG_2407

Cher papa Noël, 

D’abord je voudrais te dire que je te kiffe, j’ai jamais trop bien compris le délire du port du bonnet en intérieur, mais à part ça, je te trouve vraiment sympa. Tout le monde t’écrit avant Noël pour la fameuse liste, y compris moi hein, mais du coup comme tu as été super giga cool avec moi,  je me suis dit que j’allais t’écrire après, pour te raconter notre noël à nous. Et te dire combien je suis content, et te faire marrer un peu aussi, parce que chez nous, Noël, c’est pas que joli, c’est aussi très drôle. Enfin, selon où on se place… D’abord il faut que tu saches que cette année on a fait Noël chez nous : Maman et moi. Du coup maman était un peu au taquet de la rangitude et de la propritude de la maison, à la limite du pénible. Elle a utilisé des accessoires de l’aspirateur qu’elle savait même pas à quoi ça servait. Elle a sorti des produits ménager de dessous l’évier qu’on savait même pas qu’on les avait! Après elle a fait une trop chouette table avec de la lumière dessus, et des sapins tout petits, elle avait même acheté une nappe en tissu… C’est peut être un détail pour vous, mais pour elle, laisse moi te dire que ça veut dire beaucoup. Elle a même mis un autre bout de nappe par dessus dans l’autre sens et elle m’a dit que c’était un chemin de la table ou un truc comme ça… elle a mis des trucs en forme d’ananas dorés pour mettre les noms des gens dessus, ce qui est un peu chelou parce que les ananas je vois pas trop le rapport avec Noel, et qu’en plus on connaissait déjà les noms des gens qui venaient, mais c’est maman qui décide. Je ne pose pas de questions, ça l’énerve. Et maman c’est mieux qu’elle soit pas énervée (si, si, je te jure)… 

On avait fait un sapin trop canon, mais ça tu l’as vu quand t’es passé, je t’avais mis le train de noel lego qui tournait en dessous, on se serait cru dans un téléfilm de M6 où à la fin tout le monde est amoureux ou retrouve son chien…  

Maman avait préparé un apéro de dingo, elle avait même mis de la purée de potiron dans des petits verres ridicules qu’elle m’a dit que ça s’appelait des verrines de butternut au cumin, mais je te jure que en vrai c’était de la purée de potiron dans des verres. Tata est arrivée en avance avec mon cousin (celui qui est tout petit et qui touche à tout) pour « aider ». Maman s’est un peu énervée quand mon cousin l’a « aidée » en se suspendant aux rideaux de sa chambre, ce qui a arraché la tringle et les chevilles du mur. J’ai entendu beaucoup de gros mots, dont un qui commence par pute et qui finit par -ain mais que j’ai pas le droit de le dire. Mais maman l’a dit pleeeeeeein de fois. Après, comme maman était déjà de très très bonne humeur, mon autre tata lui a demandé comment elle allait s’habiller pour le réveillon. Et comme apparemment elle comptait rester habillée comme elle était, elle a fait une tête un peu comme quand le matin dans la voiture elle se rend compte qu’elle a oublié la boite à gouter dans le cartable, et qu’elle est moitié surprise, moitié sursaoulée, moitié au bout de sa vie. ça fait 3 moitiés, mais c’est vraiment une tête bizarre. Donc au lieu de se changer elle est allée chercher dans la boite à outil de quoi refixer la p*tain de tringle, et comme elle est super forte elle a tout réparé, et elle a crié sur mon cousin que c’était très, mais très vilain. Lui il souriait. Et ça, il faut pas le faire quand maman te gronde. Pour se calmer, maman est allée AIDER papy a ouvrir les huitres et les oursins. Dans ma famille on a une notion de l’AIDE bien particulière, Aider papy ça consiste précisément à lui dire « T’en es où? » « T’as ouvert que ça? » « Tu vas tout ouvrir? » ça l’aide pas, mais comme ça, au lieu de s’engueuler avec mamie, il s’engueule avec maman. ça fait un genre de diversion. c’est aussi une façon d’aider. Elle a aussi décoincé la pince à oursins qui était grippée, parce que je te le dis, ma mère, c’est super héros.  

Après on a commencé l’apéro. Nous, on est allés jouer dans ma chambre avec mon tonton et mon cousin, et pendant ce temps là, tu es passé ! Ouais, chez nous tu passes le soir, maman m’a expliqué que tu pouvais pas tout faire pendant la nuit, du coup tu prends un peu d’avance en passant chez nous pendant l’apéro, parce qu’on est pistonnés, apparemment tu étais en classe avec mamie ou un truc du genre. On a le droit d’ouvrir les cadeaux le soir.  Là y’avait tellement de cadeaux qu’on pouvait plus marcher dans le salon! C’était trop chouette. Moi j’adore les cadeaux. Tout le monde en a eu. Moi j’en ai eu plus que plein. J’ai même eu des trucs qui étaient pas sur ma liste! Après on a couché mon cousin parce que c’est un bébé, et du coup tata a fait cchhhhhhuuuuuutttt à chaque fois que quelqu’un hurlait, enfin, parlait, mais chez nous c’est un peu pareil…. Moi j’ai joué avec mes cadeaux pendant que les grands mangeaient des animaux même pas morts venus de la mer. Avec du paté pas dégueulasse mais un peu gras. Après tonton et tata sont venus m’aider à monter l’hopital pédiatrique playmobil et ils ont donc failli divorcer 22 fois parce que c’était jamais le bon morceau qui allait avec le bon bout, ou l’inverse. Je les ai bien aidé aussi. Maman a mis son sweat tout neuf avec Gillou dessus que tu lui as apporté, Je sais pas qui c’est ce monsieur mais maman a dit qu’il était, je cite « grave canon », et papy lui a dit de l’enlever, parce qu’il ne cautionne pas. J’ai pas tout compris, mais maman l’a gardé. Les grands ont bien beaucoup mangé et bu, et rigolé. Moi j’ai bien joué. Après Tata et mon cousin sont restés dormir à la maison. Pour ne pas réveiller mon cousin trop tôt le lendemain matin tata a baissé le store électrique de la chambre de maman… Mais mon cousin était un peu malade, alors il a préféré rester éveillé toute la nuit, et pleurer. Du coup c’est pas la lumière du jour qui l’a gêné hein. D’autant que maintenant elle gêne plus trop, parce que comme tata a oublié d’arrêter le store, le moteur a grillé et on peut plus le relever. Tu te doutes que Maman était encore ravie le lendemain matin. C’était vraiment un joyeux Noel. 

On est tous hyper contents de nos cadeaux, sauf que le chapeau que tu as apporté à Papy est trop grand et le Tourne disque que tu as apporté à maman ne tourne pas, mais il parait qu’on peut te les renvoyer au pole nord par la poste et que tu fais des échanges. Mamie kiffe trop son bougueule home, on a trop bien joué avec, mais maman arrive pas à tout bien brancher pour le relier à la télé et aux ampoules, mais déjà on se marre bien quand même, quand tu lui dis OK bougueule, il te répond ! Avec une voix de fille. Avec Mamie on joue grave. ça nous met toutes les musiques qu’on veut. Le problème c’est que je peux pas dire « ok bougueule range ma chambre » et maman elle arrête pas de me dire de la ranger parce que soi-disant on peut pas laisser la caserne ghostbusters et l’hopital pédiatrique au milieu du salon. Je vois pas pourquoi. C’est tellement plus pratique pour jouer. Les adultes sont vraiment bizarres. 

En tout cas papa Noel, je te dis vraiment merci de nous avoir tous gâtés, pour l’an prochain, change rien, fais nous tout pareil, avec une famille qui s’AIDE toujours autant. Parce que quand même, on rigole vraiment vraiment bien. 

Allez Bisous. 

 

1943-2017

Dehors il fait beau des milliers d’oiseaux s’envolent sans effort. 

Je suis dans le noir et j’ai du mal à croire… 

Et puis je sais tous ces regards sur vous 

Et puis je sais tous ces mots qu’on ne dit pas

Et puis je sais  tout ce que vous auriez pu faire à défaut de vous taire

Quand vous approchiez l’enfer…. 

A force de briser dans vos mains des guitares…

Vous n’étiez probablement qu’un fou… 

Il a suffit d’un rien. D’un geste. il a suffit d’une étincelle. 

On vous a donné l’obscurité puis la lumière, la faim, le froid puis un festin, 

On vous a enlevé ce qui était vain et secondaire… 

Vous avez refusé de mourir d’amour enchainé. 

Et vous nous laissez là, avec nos pleurs qu’on garde sur le coeur, 

Des souvenirs éblouissants et des visions de néant.

On y a cru, comme à la terre, comme au soleil,  comme un enfant, comme on peut croire au ciel. 

Et puis… le vide dans notre tête et le vide dans notre cœur… 

C’est un chanteur abandonné

Qui a vécu sans se retourner

Sûr que le blues est inventé

Pour lui, cette nuit.

Rien ne sera jamais plus pareil.

A certaines heures de la nuit

Quand le cœur de la ville s’est endormi

Il flotte un sentiment comme une envie

Ce rêve en nous, avec vos  mots à vous. 

Vous nous aviez promis la vie de vos rires à vos larmes. 

Arrêtez le temps et les heures, je vous en supplie, à l’infini… 

Battre le sang dans nos veines 

Monter le son des guitares 

Le bruit des motos qui démarrent. 

Y’a tant d’hommes que vous n’êtes plus, 

y  a tant de phrases qu’on dit que vous ne direz plus. 

Dites au curé, dites au pasteur qu’ailleurs ils aillent se faire pendre

Le diable est passé de bonne heure et votre âme n’est plus à vendre

Est ce que votre mère pourra jamais vous pardonner de l’avoir trop fait pleurer… 

Je sais que vous n’avez rien dit c’est votre oeil que je prends au mot

Souvent un seul regard suffit pour vous planter mieux qu’un couteau.

Quand le ciel dans vos yeux d’un seul coup n’est plus pur…

A cause de vous je ne suis plus la même… 

Par votre faute j’ai changé aussi… 

Plus jamais des adieux rien que des au revoir… 

Une chose est sure c’est que j’oublierai pas votre nom 

D’aucune façon. 

Et cette certitude me fait plus mal encore

J’aime cette blessure c’est vous encore. 

C’est la clé des secrets de mon âme

La vie de mes rires à mes larmes

Le feu à la place des armes

Et jamais des adieux, rien que des au revoir.

 

Retiens la nuit. 

Je te promets d’être heureuse si tu n’as plus d’espoir. 

Que je t’aime. Que je t’aime. Que je t’aime. 

IMG_1321

Monsieur

img_1272.jpgCe matin c’est Patrick Cohen qui m’a annoncé votre mort. Bien sûr à 92 ans, elle était plus probable que celle de pas mal d’autres … Mais quand même, ça m’a fait quelque chose. Vous étiez l’incarnation de l’esprit. Des mots d’esprit. Je me demande qui, qui disséminera dorénavant ces petites piques avec classe à propos de nos politiciens. De notre déplorable actualité. Qui posera désormais ce regard si bleu et si clair, mais si critique et bienveillant sur notre société et ses excès. Qui sera maintenant le respectable garde-fou de notre asile. Qui  commentera tout ce cirque avec humour, malice et respectabilité… Ce n’est plus Toi. Toi tu vas simplement regarder tout ça d’un peu plus haut, d’un peu plus loin. Sûrement rigoleras-tu avec cet autre grand Jean, qui t’a devancé de quelques semaines. Ensemble vous ferez probablement marrer Simone, et Jeanne passera par là… ça fumera des clopes et boira du bon vin, en se disant « tout ça pour ça ». Finalement vous êtes mieux là haut tu sais…  Apparemment dans pas trop longtemps Johnny montera vous allumer un feu de tous les diables, ça fait un moment qu’il le prépare.. Je me demande si en arrivant il va dire « Je ne suis qu’un fou, qu’un fou, un fou d’amour, Un pauvre fou qui meurt, qui meurt d’amour. » . Essaie de voir quand même, maintenant que tu es là haut, si on peut mourir d’amour, je me pose la question, sur doctissimo ils n’en parlent pas. Tu crois toi ? Excuse moi, je te dis tu, mais tu sais si j’avais un jour eu la chance, que dis-je l’honneur de te rencontrer, je t’aurais donné du vous. Même du Vous avec un V majuscule. Et je ne t’aurais pas parlé de Doctissimo. Tu fais partie de ces gens qu’on ne peut pas tutoyer en vrai. Mais maintenant on s’en fout. Le tu, le vous. Toi l’académicien, toi l’amoureux de la langue. Tu me dirais que non, on ne s’en fout pas. Que chaque mot à son importance et qu’on ne peut pas en faire n’importe quoi. Et tu as tellement raison Jean. Enfin, vous avez tellement raison, Monsieur. Les mots c’est tellement chouette que tu peux faire ce que tu veux avec. Les mots c’est la plus belle arme. Les mots c’est la plus belle caresse. Les mots c’est le plus beau spectacle. Les mots c’est la plus belle toile. Les mots c’est le plus grand lien. Les mots c’est gratuit. Les mots c’est partout. Les mots c’est tout le temps. Les mots ça reste. Je suis de celle qui les garde. Qui les colle. Qui les écrit avec un vrai stylo.  Je suis de celle qui les lit. Je suis de celles qui aimerait en écrire plus. Je suis de celles qui aimerait en lire plus. Je suis de celles à qui les vôtres vont manquer. 

Vous étiez le grand jumeau de l’être humain qui m’est le plus cher au monde, celui que j’ai fabriqué. vous étiez né le même jour que lui. Ou plus exactement il est né le même jour que vous. Hasard du calendrier. Ou pas. Peut-être a-t-il choisi son étoile avec goût et intelligence… Moi je le crois.

Je me demande si vous aviez préparé un épitaphe.. une épitaphe? Vous voyez les mots… parfois on ne sait pas. Et c’est aussi ça qui est chouette. Vous pensez que sur votre pierre tombale ils vont mettre « Il manquera à tou-t-e-s »? (T’inquiète, si ils osent, je viens rectifier moi-meme. #inclusivetamère) Et dans un registre un peu plus sérieux, j’espère que votre titre d’Immortel n’était pas usurpé, et que vos mots resteront éternellement gravés. Vous nous laissez tristes de ne plus vous savoir éveillé, veillant, bienveillant. 

Allez, bisous.

PS : si vous croisez un gros canadien qui s’appelle René, dites lui que tout va bien, Céline est BEAUCOUP plus drôle maintenant!

Kiss

rachel-and-mike

Hop Hop Hop! Mais qu’ouis-je, qu’apprends-je? Un Prince de moins sur le marché et même pas un petit texto, j’apprends ça comme tout le monde, par une alerte débile sur mon iPhone. Bon, de toutes façons je ne voulais pas d’enfant roux. Ca ne me va pas au teint. Et puis QUAND MEME. Il est pas pris par n’importe qui. Il est pris par la bombasse des bombasses. Celle de Mike. La Rachel de Mike. Tu regardes pas Suits? Suits c’est une série où sans vouloir spoiler, un mec hyper intelligent avec une mémoire de folie, et en plus très (mais très très) mignon se fait brillamment passer pour un avocat, il surclasse tout le monde, et fait équipe avec un vrai avocat à tomber par terre qui s’appelle Harvey Specter et rien que son nom… je te jure que tu fonds… Enfin… Une série où les gonzesses ont des jupes crayons, des talons de 12, tout le monde travaille jusqu’à au moins 23h. Ils mangent des bagels dans la rue avec des costumes à 12 mille dollars et des manteaux en cachemire sans se faire une tache. Une série où il n’y a jamais un ENFANT. Mais jamais. Pas un nain. Tu vois les gens ont des vrais problèmes, des vrais vies sexuelles et des vrais enjeux de pouvoir. Pas comme nous qui avons des problème de Marmouset Dupon-Grapin m’a donné un coup alors que j’avais pas vraiment dit qu’il sentait de la bouche. Nan. Personne ne dit jamais «  sent de la bouche » dans Suits. Et personne ne doit sentir de la bouche dans Suits.  J’ai vu toutes les saisons. Autant te dire que je suis avocate en droit des affaires maintenant. Et ça fait beaucoup étant donné que je te rappelle que je suis déjà Neurologue et Chirurgien après avoir vu toutes les saisons de Grey’s anatomy. Tout ça pour te dire que le prince Harry a piqué la meuf de Mike. Alors si Mike a besoin qu’on le console… On ne sait jamais… Donnez lui mon 06. Moi, à choisir j’aurais pris Mike. Mais on ne m’a donné le choix… je me demande bien pourquoi… Une fille comme moi. Intelligente, Sympa (sauf avec 2 ou 3, qui d’ailleurs me trouvent désagréable (?)… ), Drôle, presque cultivée, presque sans trop de défauts, presque je fais hyper bien la cuisine (j’ai jamais vraiment essayé, mais je suis sure que si je m’y mettais je la ferais bien), j’ai de bonne notions sur photoshop, et d’EXCELLENTS GOUTS MUSICAUX. Je maitrise Word, Excel et Powerpoint,  Déléguée des parents d’élève, Propriétaire de twingo, bulldog anglaisophile. Alors? Tu crois pas que je pourrais épouser un prince? je veux dire pas celui avec du chocolat entre les 2 galettes. Nan. Le vrai. Il faut faire quoi tu crois? Moi je peux courir les mondanités si besoin. Bien sûr je serais un peu gênée d’être toujours maquillée, coiffée, habillée par des gens rémunérés pour ça, mais bon, si ça crée de l’emploi, je veux bien aussi, ressembler à quelque chose. Et puis je pense que je pourrais aller à toutes le réception de tous les ambassadeurs, surtout si y’a des ferrero rochers. Là par exemple avec le nain on a passé tout le week end à courir les anniversaires, je peux te dire qu’on est hyper bien entrainés pour les mondanités princières. Faudra peut-être m’apprendre à faire la révérence, mais je pense avoir quelques prédispositions, j’ai fait de la gymnastique rythmique quand j’étais en moyenne section de maternelle, meme que j’avais des rythmiques et un justaucorps. Un jour il faudra qu’on parle de ce mot JUSTAUCORPS. Tu crois que la personne qui a inventé ça elle s’est dit quoi? On va faire comme un maillot de bain, mais pas pour se baigner. Ouais si tu veux on peut mettre des manches… Un truc qu’on mettrait comme ça, juste au corps. Oh putain Marcel! je viens d’inventer un mot ! JUSTAUCORPS. Après Marcel est arrivé avec les rythmiques et il a dit que c’était des juste-au-pied mais tout le monde a trouvé ça trop nul. On a gardé que Justaucorps. Perso j’ai arrêté la gymnastique rythmique en grande section de maternelle. J’allais pas faire carrière semble-t-il. Tu crois que les vraies princesses elles ont continué la gymnastique rythmique? Je sais pas. Et si je peux t’avouer un secret, moi, j’ai toujours préféré les BN. Jusqu’à ce qu’ils se mettent à sourire. ça te pose pas de problème toi, de manger un gateau qui sourit? 

Allez, bisous. 

Comme un jeudi

Je vais te raconter mon jeudi soir.

Ce soir c’était beaujolais nouveau. Alors pour feter ça, y avait conseil d’école. Et pour fêter ça, y a eu… la guerre. Enfin, à notre échelle hein. Il faut dire Qu’à un moment on nous a demandé si on avait des trucs à dire. Laisse moi te dire que c’est pas une question qu’il faut me poser. Parce que moi des trucs à dire… j’en ai tout le temps. Là en plus, il se trouve que c’était à propos des humains miniatures que j’affectionne, à savoir le mien et ses congénères. Il se trouve qu’on a découvert assez récemment, au cours de fouilles cantinologiques que nos nains étaient… un peu livrés à eux même à l’heure du dej. Ouais. En fait il se trouve que dans notre école, Si un humain miniature ne va pas à la cantoche, Et ben personne ne s’en rend compte. Et ça. Ça fait un peu chier. Rapport à l’âge de l’humain miniature : autour de 6 ans. Donc j’ai dit poliment, que nous, parents, ça nous faisais un peu chier… et Y a une maîtresse que mon fils aura dans quelques années qui m’a dit que, je cite, « madame, il faut que les enfants soient un peu autonomes, tout n’est pas toujours de la faute d’un adulte » certes. J’avais envie de prendre sa tête et de taper le mur avec. Si si, je te promets. Sa tête. Un mur. Elle m’a dit qu’il fallait que je responsabilise un peu mon fils. MAIS C’EST À DIRE? EXCUSE MOI, IL A 6 ANS. IL DOIT SE COMPTER LUI MÊME? IL DOIT SE FAIRE L’APPEL? Je bouillais du dedans de moi même. Donc là, au lieu de boire du beaujolais nouveau, je suis en train de parler de l’organisation de la cantine avec des gens qui pensent que je suis une connasse désagréable alors que j’essaie juste qu’on fasse pas l’ouverture du JT de TF1 avec « les chances de retrouver le petit DYLAN, dont personne n’a remarqué l’absence à la cantine, et qui a disparu depuis deja 72 heures s’amenuisent d’heure en heure » bon, si ses parents l’ont appelé Dylan, c’est qu’ils ne l’aimaient pas vraiment déjà. Mais merde. Et c’est moi qui passe pour une chieuse. Alors que je voudrais juste que mon fils reste en vie. C’est vrai que j’en demande beaucoup. Faut pas deconner, on a le droit à un quota de perte non? Si. Sûrement. Parlez en aux parents de Dylan, ils vont kiffer. Après on a parlé RESPONSABILITÉS. Y a une maîtresse trop bonnasse qui a dit qu’elle voulait pas aller en prison et à qui on a répondu en gros « nan mais n’importe quoi » et du coup elle a gueulé très fort (elle est trop cool, J’adore les gens qui crient plus fort que moi, y en a pas beaucoup, ils m’impressionnent) après elle est partie genre en mode théâtral. Elle a disparu, un peu comme Vic dans la Boum: vous me faites trop chier. C’était trop cool. Après y a 2 maîtres qui avaient raté le début qui sont arrivés, du coup ils avaient raté le meilleur, on a essayé de leur raconter mais c’est pas pareil quand tu l’as pas vécu. Ils étaient un peu en décalé. Mais ils ont réussi à suivre. C’est vraiment passionnant ce genre de réunion. Après cette animation On a parlé du budget. Du fauteuil cassé d’une des maîtresses qui peut apparemment pas s’asseoir sur une chaise normale (elle doit avoir le cul en or massif), du spectacle de magie pour noël, des travaux, du budget pour l’informatique, des sorties scolaires, et de la kermesse. Après on a finalement fini par aller boire du beaujolais nouveau, mais pas tous ensemble, parce que y en a Moi je peux pas boire avec. Et ce qui rassure, c’est que comme tous les ans, y a un truc de constant, c’est que le beaujolais nouveau, il est vraiment degueulasse.

Allez, bisous.