Nainfree

3115895185_1_3_8WTQ5Q3v

Y’avait des pancakes, des gaufres, et du vin. Y’avait des enfants partout, des grandes filles qui disent des gros mots, des iphones qui prennent des photos de bouffe pour les instagramer, un trempoline, des bouchons de champagne qui sautent, un thermomix qui fait des œufs brouillés ou pochés, c’est toi qui dit, y’avait du gluten, du lactose, du gras, du sucre, et re-du gras. Des crises de rire, un « pamping-car » de poupées, du café, du soleil, et des stan smith… Y’avait aussi un « poulaousse » où on a trouvé des chaises, et partout, partout, de la bonne vibe. Ouais. J’ai vérifié. Partout je te dis.

Y’en a qui avaient fait des cakes, y’en a qui avaient fait un footing, pardon, un « run » avant de venir, elles ont même une appli pour ça, y’en a qui ont apporté des fleurs parce qu’elles savent vivre, perso, tu te doutes bien que j’avais fait… du vin ouais, je te donnerai la recette, je l’ai fait avec ma carte bleue.  Je suis donc arrivée dimanche à Wisteria Lane, mais en plus flex et en plus dans la montagne aussi. Bon, on était tout sauf Desperate, et on n’est pas trop Housewives, mais qu’est ce qu’on était bien bordel. On s’est fait un Brunch d’un autre monde. Ou de celui là, mais en mieux. Y’avait tout le monde, Bree, Susan, Lynette, Gaby, et même Eddie, mais en plus bonnasse et en tellement plus drôle.

Tout le monde avait des nains, on était 2 à pas les avoir avoir sur nous, on était NAINFREE, c’est comme glutenfree mais pour les nains. Après quand t’es avec tes copines et que y’a des nains partout, t’as quand même l’impression que y’a le tien dans le tas. Quand quelqu’un crie MAMAAAAN, t’as un genre de reflexe pavlovien. C’est comme ça, tu te retournes. T’es jamais totalement nainfree en fait. C’est en toi. Moi, mon nain est parti pour les vacances chez son corress’.

Son corress’ ? Son correspondant . C’est un peu comme un système de parrainage. Y’a pas mal de programmes « à distance » pour les enfants maintenant… Nous, On s’est inscrits y’a un peu plus de 2 ans… C’est pas trop mal foutu ce système, un type qui habite un peu loin paye une cotisation tous les mois, et il « parraine » un nain. Le nain va en vacances chez lui. Et ils échangent des nouvelles… Tout le monde est super content. Mon nain à moi, il a un correspondant comme ça. Il part chez son corress’ de temps en temps, pour apprendre les coutumes locales… Chez son corress’ la vie est différente, on se couche tard, on met pas de réveil, on mange des trucs trop cools, parfois on reste en pyjama toute la journée, on joue aux legos, le corress’ est hyper doué en legos. On joue à la ninetènedosouitche, le corress’ a une ninetènedosouitche, ouais… On va à la fête foraine, on va au cinéma, on fait du vélo, on se marre. Y’a pas trop de règles. C’est le pays des vacances. Ouais, mon nain a un corress’ qui vit au pays du bonheur. Au pays imaginaire. Tu sais, le pays imaginaire, mais en vrai. Parfois son corress’ ne peut pas le prendre, parce qu’il a trop de travail. Alors je lui explique et le nain dit « d’accord », parce que le nain, il est pas contrariant. Ça a l’air chouette hein. Tu veux t’inscrire aussi ? Tu veux que ton nain parte au pays imaginaire ? C’est pas compliqué ! Remplis ton formulaire! ça s’appelle « Droit de visite et d’hébergement ». C’est pas drôle ? Si. Je t’assure que si. Maintenant ça commence à l’être. Il faut savoir que Y a 2 ans ça me faisait pas rigoler du tout hein. Y a 2 ans j’aurais écrit des trucs moches parce que j’étais triste, et en colère. Et parfois quand on est triste et en colère on écrit des trucs un peu moches, mais qui sont drôles ! J’avais trouvé une petite formule dont j’étais hyper fière, je disais que nous, on avait élargi notre spectre musical, qu’on était passé de Balavoine à Stromae, ouais, en quelques semaines on était passé de « Mon fils ma Bataille » à « Papaoutai ». Ça me faisait rire. C’était sûrement un peu drôle. Mais aujourd’hui je ne fais plus cette blague. Aujourd’hui je parle de corress’, et j’essaie de m’amuser du fait qu’il ne le voie pas beaucoup… voire pas du tout beaucoup. Mais en fait je suis contente de l’emmener jusqu’en salle d’embarquement pour prendre la deuxième étoile à droite et tout droit jusqu’au matin. Je kiffe de le voir ravi… Je suis soulagée quand il part au pays imaginaire… et qu’il retrouve son corress’ … ouais, Peter Pan. Parce que je sais combien c’est important que le mini-être humain que j’ai fabriqué puisse profiter de celui que lui appelle « papa ». Sans compter qu’on va arrêter de se mentir hein. Quand il est au pays imaginaire, moi je suis en VACANCES. L’an dernier il y est parti 35 jours. Fais le calcul, ça en fait 330 pour moi. Et ben c’est long 330 jours. Du coup, ne vas pas croire que je prends des congés hein, nan, je travaille quand il est pas là. Mais partir tard du boulot devient un genre de liberté, ne pas faire à diner ou ne pas demander à quelqu’un d’aller se coucher avant 20h30 est comme une émancipation. Et Le matin… Le matin, tu peux juste te préparer toi. T’as personne à booster, motiver, driver. Parce que je sais pas toi hein, mais moi c’est le modèle à qui il faut tout répéter 42 fois le matin. Alors quand il est au pays imaginaire, c’est presque… des vacances. Pas de boite à gouter. Pas de sac de Karate. Pas de devoirs… Pas de Zouzous, pas de Tchoupi, pas de Gulli. Aujourd’hui j’ai skypé le nain, il est avec les « enfants perdus » et il s’éclate. Y’a que ça qui compte tu sais. Il semblerait que Peter Pan aie dû s’absenter pour quelques jours, une Lili la tigresse à sauver, un Capitaine Crochet à combattre sûrement. Mais le nain est entre de bonnes mains, je les connais ces mains, j’ai vécu 7ans avec, et je sais combien elles s’occupent bien de… leur petit frère. Elles vont me le renvoyer dans 2 dodos. En attendant ils sont tous les 4. Si vous les aviez vu ce midi dans ce bateau de pirate que je connaissais par cœur. Comme Ils sont beaux. Mes 4 enfants perdus à moi. Inséparables. Comme je suis fière. Fière d’avoir été leur Wendy. Parfois tu sais, j’aimerais bien être Peter Pan. Parce que Wendy est quand même un peu relou au final.Mais Bon, le collant vert c’est pas hyper avantageux pour la silhouette… Tu sais le truc marrant dans tout ça, c’est que je me rends compte que dans ce conte, les garçons ont des meilleurs rôles que les filles… Mais c’est une fiction, et tout rapprochement avec des situations existant ou ayant existé n’est que pure coincidence bien sûr…

Je vous laisse, je vais sniffer un peu de poussière de fées, il faut au moins ça pour ranger la chambre du nain avant son retour.

Allez, bisous.

2 réflexions sur « Nainfree »

    1. je préfère citer wikipedia « Le roman montre que Peter Pan n’est pas quelqu’un d’humain ou un héros : dans l’histoire il est incapable d’amour, de compassion ou de quelque sentiment profond que ce soit. Il reste éternellement bloqué dans le factice, ne faisant aucune différence entre le jeu et la réalité. »
      Crochet est je pense plus proche de ce que tu associes à Peter Pan, sans que cela soit contradictoire.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s