Boucher le trou

IMG_4938Vivre avec quelqu’un en permanence ça n’a jamais été mon fort, tu peux en parler avec tous ceux qui s’y sont essayés. Ce besoin de liberté. Cette détestation des contraintes et du rythme imposé. Ce rendu-de-comptes de tes allées et venues. Qu’il s’agisse de tes parents, de tes collocs, de ton mec ou de qui que ce soit, vivre avec quelqu’un c’est devoir faire avec. C’est le ou la respecter, son rythme, son sommeil, ses envies, ses phobies, ses goûts en général, télévisuels en particulier, bref, c’est se plier à un être humain qui n’est pas toi. Non pas que je sois ultra egocentrée (quoi que…) mais … j’aime écouter de la (objectivement toujours très bonne) musique fort, je suis bordélique, je n’aime pas prévoir ce qu’on va manger ni à quelle heure, je zappe les chansons au bout d’environ 30 secondes, je ne rince pas les trucs avant de les mettre dans le lave vaisselle, j’attends que la poubelle déborde pour changer le sac, je peux tenir une semaine avec un frigo vide, et surtout, surtout, il ne faut pas me parler avant au moins 2 cafés le matin, quelle que soit l’heure… Oui, je sais, tu vois se profiler mon côté « femme idéale » et je t’assure que je n’en rajoute pas pour t’attirer,  je suis vraiment comme ça.

Un jour sans l’avoir vu venir, le colocataire définitif est arrivé. Celui qui allait, quoi que j’en pense ou dise, partager mon quotidien, mon hebdomadaire, mon mensuel, mon éternel. Celui qui allait être plus bordélique encore que moi, celui qui allait kiffer la musique encore plus fort que moi, celui qui n’allait jamais vider la poubelle, celui qui ne relèverait jamais la cuvette des toilettes pour ne pas avoir à la baisser ensuite et m’entendre râler. Celui qui peut manger n’importe quoi à n’importe quelle heure, mais quand même assez souvent. Celui que j’ai fabriqué moi même, donc un peu à mon image, je te l’accorde. Celui qui ne me parle pas le matin alors qu’il aurait mille choses à dire, mais lui, il sait. Celui qui m’agace autant qu’il me ravit. Celui qui n’est pas moi, mais une version quand même assez approchante. Vivre avec lui c’est pas simple tous les jours hein, mais on se marre quand même pas mal…

Et puis vient ce moment de l’été où il part. Il va chez son papa, et je t’avoue qu’il y a comme un… trou. Un vide. Bien sûr que je suis ravie de replonger dans cette liberté tant envolée qu’elle en est encore plus précieuse une fois retrouvée, bien sûr que je sais qu’il est heureux de voir son géniteur légophile et nintendo-laxiste, amnésique de paternité 90% du temps, bien sûr que c’est primordial pour son équilibre, et le mien, ce moment de répit réciproque. Bien sûr que ce temps de partage avec celui qui brille par son absence, physique, téléphonique, whatsappique, skypique et tout-autre moyen de communication-ique et donc parentale est essentiel à sa construction. Je le sais. Mais le fait est que ça fait comme un trou. J’ai appris la semaine dernière qu’un trou noir était quelque chose qui avait une telle densité que sa gravité attirait tout à lui et que rien ne pouvait s’en échapper, pas même la lumière. Dieu soit loué, le trou laissé par le nain n’est pas de ceux là, mais il est ce qu’on en fait, et sa densité varie en fonction de l’importance qu’on lui accorde. Je t’ai perdu là. Attends, je t’explique. Si on considère un peu trop le trou, il finit par grossir et tout attirer à lui. Il est donc primordial d’avoir toute une galaxie autour de soi pour nous éloigner de ce trou (noir). ça y est, t’as saisi la métaphore. Fais gaffe ça continue, et c’est à peine filé. Moi dans ma galaxie (champ lexical du trou noir) j’ai pas mal d’étoiles (et ça continue), et c’est là qu’elles interviennent, telles des prestidigitateurs, elles font diversion, elles agitent un foulard pour que mon attention soit attirée ailleurs, loin du trou, et comme par magie, le trou s’éloigne et n’attire plus rien. Le jour du départ elles sont toujours là. Toujours. Elles agitent le foulard. Coloré et joyeux.  Mercredi, elles n’ont même pas trop eu à l’agiter, je n’avais qu’une envie, c’était le regarder. On a dansé et chanté, on a ri, on a bu (oui, on boit parfois, mais ça reste très exceptionnel, genre 7 fois par semaine) . La moiteur du plein été, les chaises en plastique, les serviettes en papier, la lumière exceptionnelle de l’heure magique du coucher du soleil, les discussions débiles, le bruit des glaçons dans le vin blanc et la photogénie toute relative de chacune d’entre nous étaient les ingrédients parfaits de ce cocktail sucré et délicieux… Ma galaxie adorée. Mon univers merveilleux. 

Le lendemain matin j’ai pu boire mes 4 cafés en jouant avec spotify sans personne pour me dire de re-re-remettre balance-ton-quoi pour la 12ème fois mais plusss fort. Personne ne m’a demandé ce qu’on faisait aujourd’hui, et devine quoi, personne n’a faim, ou soif, ou un problème avec le wi-fi dans sa chambre – personne n’essaie de me gratter des minutes en plus de switch, et personne n’a semé ses vêtements entre sa chambre et la salle de bains (à part moi bien sûr). Personne ne trouve pas son maillot -mais si tu sais celui avec la bande jaune fluo – Et personne ne saoule le chien au point de se prendre un coup de griffe ou de dent et de venir chouiner après et je cite « Mais j’ai juste mis ma tête sur le sol et lui il m’attaque » – Je n’ai pas hurlé. Je n’ai rien rangé. Je n’ai rien répété… Bonheur simple, et pourtant si rare. 

Ce midi, un vinyle tourne et crépite sur la platine, il couvre les ronflements du canidé à tête plate qui doit se demander où est passé l’humain miniature qui l’occupait tant. J’hésite entre deux bouquins qui m’attendent depuis des semaines, vais-je me re-re-re-refaire un café… And you want to travel with her, and you want to travel blind, And you know that she will trust you, For you’ve touched her perfect body with your mind… Suzanne s’envole par la baie vitrée, je vais me refaire un café…

Le trou a parfois du bon, et il n’est pas si noir que ça, crois moi. L’important dans tout ça, ce n’est pas l’absence, c’est ce qu’on en fait. (On dirait du Calogero nan?, quand je te dis que j’aime la bonne musique) 

J’ai l’immense chance de le savoir heureux, et de retour dans 18 dodos maintenant (ho ça va, j’ai le droit de compter en dodos). Il semblerait qu’il ait pris du coté de son père pour ce qui est de la communication, alors je ne suis pas non plus assaillie d’appels et de messages, ou est-ce seulement le chromosome Y qui les conditionne comme ça, il faudrait que des généticiens se penchent sur la question, il doit y avoir un lien. Parce que quelque chose me dit qu’une petite fille m’aurait sans doute déjà appelée au moins 3 fois et envoyé 42 messages.

Le vrai bonheur c’est d’avoir un univers tout entier autour de soi qui agite des foulards juste quand il faut et me laisse apprécier ma « solitude » très relative. Il va revenir tellement plus grand de tout ce qu’il fait sans moi. Il va revenir ravi de ces jours sans limites, sans barrières, sans lunettes, sans savon, sans légumes, sans carcan ni règles. Il va revenir heureux. Heureux d’être parti et heureux de revenir. Que puis-je rêver de mieux pour l’équilibre d’un petit garçon dont mon seul but, est d’en faire un homme heureux…  

Bon, je vous laisse, je vais quand même aller vider la poubelle. 

Allez, bisous.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s